ELVIRE BONDUELLE SOLO SHOW


DU 9 SEPTEMBRE AU 14 OCTOBRE 2017
A l’occasion de l’évènement Brussels Design September et Brussels Gallery Weekend, nous avons le plaisir d’annoncer l’exposition individuelle d’Elvire Bonduelle.
Une série de “furniture sculpture”, de “rotating painting” ainsi qu’un “bird painting” seront présentés en vitrine de la galerie, en interaction directe avec la rue et ses passants.

« Pour Elvire Bonduelle, l’art peut être joli, léger, mais pas frivole ; une vraie autorité émane en réalité de son œuvre. Diplômée de l’École Nationale Supérieure des Beaux Arts de Paris en 2005, elle a décidé de plier sa vie à l’exigence d’un bonheur optimiste, à l’encontre du mythe de l’artiste maudit et malheureux. Elle parle de « sculpture de soi». Sa fraîcheur revendiquée vient de là, mais n’existerait pas sans la conscience de la difficulté de l’existence – ce n’est pas possible d’être seulement sérieux. Il est tentant de rattacher l’œuvre d’Elvire Bonduelle à l’histoire de l’art. Ses objets rappellent parfois les formes de l’art minimal, comme Wood is Good (2012), un fauteuil en bois articulé par des charnières, que l’on peut déplier jusqu’à le mettre à plat. Donald Judd fait partie des artistes qu’elle admire le plus, avec Sol LeWitt, et Bruce Nauman qui la fascine par les paradoxes qu’il met en œuvre dans ses vidéos. Mais la notion d’ornement est aussi très présente dans son travail, et elle cite volontiers les écrits de William Morris et le mouvement Arts and Craft. On pense à l’humour et à la malice de François Morellet, aux collections d’images absurdes de Taroop & Glabel, aux constructions irréelles d’Andrea Zittel. La pratique d’Elvire Bonduelle échappe aux catégories, elle est surtout intuitive, et se glisse dans le cours de l’histoire en empruntant ses contradictions.»

Extrait du texte d’Anaël Pigeat, art press N°397.